Et les gorilles ? vous connaissez les gorilles ?

Encore une sollicitation à laquelle je n’ai pas su résister ! Quand un de vos connaissances vous dit : nous avons déplacé notre exposition sur les gorilles à Bédée, à la médiathèque. Ca te dirait d’animer un débat entre spectateurs et chercheurs après la projection d’un film sur les gorilles?

Honnêtement, je n’avais jamais fait cela. Raison de plus pour le faire.

Après un visionnage du film, une lecture un peu appuyée sur les différentes méthodes d’observation des primates, j’ai dit « oui ». Et c’est ainsi que je me suis retrouvé avec deux chercheuses de Ecobio (unité de recherche de Rennes 1) : Nelly Ménard (CNRS) et Pascaline Le Gouar, Maitre de conférences Rennes 1 un beau soir de septembre 2019, à Bédée. Dès l’entrée, Nelly me dit « on t’a vu hier soir à Plélan Le Grand ». Stupeur de ma part, car je n’y étais pas. Quelques échanges plus tard, je découvre que « les remises de peigne » continuent à tourner, notamment dans les cinémas associatifs. Rires !

Nelly Menard, Pascaline Gouar et moi après la projection

Ces deux chercheuses travaillent en particulier sur le comportement des singes et notamment les gorilles des plaines de l’Ouest au Congo. Elles s’attachent à connaître le comportement des gorilles et à étudier les effets que peuvent avoir notamment  des virus comme Ebola sur leur comportement. Des études longues dans le temps, car les gorilles vivent en moyenne 30 ans.

Leur travail sur le terrain  est un travail d’observation dans des miradors en bordure de clairières où les chercheurs observent non seulement les gorilles mais aussi les autres animaux. Clairières parce qu’il y a de l’eau et que c’est l’endroit où viennent se nourrir nombre d’animaux. Elles filment, prennent en photos, dessinent (le dessin d’observation permet de mettre en avant les caractéristiques de chaque individu). Avant de rentrer au lieu de camp et grâce à des pisteurs congolais, elles suivent les traces des gorilles pour atteindre des nids où ont dormi les gorilles les nuits précédentes pour trouver des crottes qui sont prélevées dans des conditions strictes. Tous ces éléments d’observation sont ramenés en France au labo et permettent de poursuivre les études, de donner sens aux travaux de terrain, de publier des résultats. Les crottes permettent des prélèvements ADN qui donnent des infos sur les individus et leur permettent de les suivre d’année en année.

Une fois le film fini, j’ai pu lancer des questions, organiser les débats et même répondre à certains spectateurs sur mon domaine de connaissance, à propos de Rennes 1. Une bien belle soirée, terminée vers 23 heures. Et il pourrait être possible que le Bibliothécaire vienne un jour dans cette très belle médiathèque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s